SUZUKI CELERIO 1-0 VVT-68 PRIVILEGE 2015

Essai Suzuki Celerio 1.0 VVT-68 Privilège 2015 - photo Laurent Sanson
  • Essai Suzuki Celerio 1.0 VVT-68 Privilège 2015 - photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • 14 janvier 2015

UNE PETITE JAPONAISE

QUI CACHE SON JEU

Fabriquée en Thaïlande afin de satisfaire les besoins du marché européen, la Suzuki Celerio, dernière née des citadines du constructeur japonais, n’a pas le sex appeal de sa grande soeur Swift, mais elle fait valoir d’autres arguments rationnels qu’elle cache derrière sa silhouette dont l’émotion n’est pas le point fort.

 

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sansonAvec sa silhouette aux multiples références avec son avant qui évoque une Sandero et son arrière taillé comme une Twingo 2, la Celerio est le symbole du passe-partout et du coup sa robe est tout ce qu'il y a de plus classique. Un choix assumé par la marque qui précise que la Celerio est un véhicule mondial qui doit plaire partout et elle sera en vente. Au moins, c’est clair et pour l’émotion qu’elle suscite il va falloir revenir en deuxième semaine ou bien jeter son dévolu sur les accessoires comme notre modèle d’essai qui bénéficie de jantes en alu, d’entourages d’ailes et d’un becquet pour un look plus sport. Seul avantage devant cette plastique sans émotion particulière, elle va traverser les années grâce à son style intemporel.

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sansonPETITE DEHORS ET GRANDE DEDANS

Une fois à l’intérieur avec un accès à bord facilité par des portes qui bénéficient d’un angle d’ouverture important, le constat est le même avec une planche de bord au dessin classique sans la moindre fantaisie, hormis un entourage argenté de la console centrale. C’est propre, clair et net et les plastiques durs sont bien ajustés et respirent la solidité. Mais la petite Suzuki possède une autre arme, son habitabilité record dans un si petit gabarit. Construite sur une toute nouvelle plateforme, elle dispose d’un empattement plus long de 65 mm que les Alto et Splash qu’elle remplace. Avec son architecture haute, on ne manque pas de place à bord pour 4 (finition Avantage) et 5 passagers sur les autres finitions. Le coffre avec son volume de 254 litres est tout simplement le plus grand de la catégorie, le tout dans un format de poche de 3,60 m. Pour les équipements de sécurité et de confort, la dotation est à la hauteur à partir du second niveau Privilège avec des airbags rideaux de série, la climatisation manuelle et même la connexion Bluetooth afin de relier son téléphone, un minimum de nos jours en terme de connectivité. En haut de gamme avec la finition Pack, la Celerio s’enrichie de série de jantes en alu et de phares antibrouillard.

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sansonELLE ROULE ET PLUTÔT BIEN !

La Celerio n’est pas un top model et il ne fait aucun doute qu’elle ne recevra pas une invitation pour l’élection de la «plus belle voiture de l’année», mais comme elle cache bien son jeu, elle ne cesse de surprendre. Sur la route, elle offre un bon confort et son guidage est précis malgré une prise de roulis prononcée. Sous le capot, le 3 cylindres de 1 litre de cylindrée repris de l’Alto fait plutôt bien le job avec 68 ch et 90 Nm de couple. Ne pesant que 805 kg, la Celerio mise donc sur son poids extra plume pour offrir un certain agrément de conduite que l’on ne devine pas à la lecture de la fiche technique. Vive et même marrante à conduire car on attaque tout le temps et qu’elle est bien suspendue, la Celerio affiche un comportement très sain. Malgré une commande de boite qui tombe parfaitement sous la main et dont le guidage est relativement rapide et précis, on regrette la direction caoutchouteuse et la démultiplication trop longue des rapports de la boite mécanique 5 rapports qui pénalise les reprises et du coup on tire sur les régimes et la consommation grimpe logiquement.

Dans un segment des petites citadines qui marque le coup malgré de multiples nouveautés, l’arrivée de la Suzuki Celerio va jeter un pavé dans la mare en s’affichant avec des tarifs très agressifs et ce d’autant que Suzuki un prix promo de lancement de 7 390 euros sous conditions de reprise. Même si elle n’est pas la plus sexy de la bande, son principal reproche, qui est très subjectif, devient un atout car elle possède d’autres arguments à commencer par ses prix bien placés sur l’ensemble de la gamme, son habitabilité et sa simplicité. Comme quoi il y a parfois des a priori.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DE LA SUZUKI CELERIO 1.0 VVT-68 PRIVILEGE 2015

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sanson

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sanson

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sanson

essai suzuki celerio 1.0 vvt-68 privilège 2015 photo laurent sanson

 

SUIVEZ-NOUS

facebook     twitter     you tube

COTE VOITURE OCCASION

PUBLICITÉ

renault scenic 4 2017 lancement octobre 2016

 

la toussuire les sybelles hiver 2016 2017

 

skoda groupe verbaere automobiles villeneuve d'ascq englos valenciennes maubeuge

 

360 by le chamois la toussuire les sybelles

 

chamois sports location skis la toussuire les sybelles

 

seat lille englos villeneuve d'ascq valenciennes maubeuge groupe verbaere automobiles

 

le chamois motoneige la toussuire les sybelles

 

asw auto sport willy dottignies

 

4jantes.com

 

suzuki villeneuve d'ascq englos groupe verbaere automobiles

 

renault scenic 4 2017 lancement octobre 2016

 

PARTENAIRE MEDIA

nordsports mag le sport online dans les hauts-de-france