ESSAI VOLKSWAGEN TOUAREG 3 (2018)

Volkswagen Touareg 3 V6 TDi 4Motion R-Line (2018) photo Laurent Sanson
  • Volkswagen Touareg 3 V6 TDi 4Motion R-Line (2018) photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • Marrakech / Maroc
  • juillet 2018

LE BOSS

DE L’ATLAS

Avec son nouveau Touareg de troisième génération, Volkswagen s’affiche clairement en outsider des SUV premium et le constructeur de Wolfsburg a bien l’intention de jouer dans la cour des grands face aux références d’un segment haut de gamme exigeant. Direction le Maroc pour une rencontre avec ce boss de l’Atlas.

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018 photo laurent sanson

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU VOLKSWAGEN TOUAREG 3 (2018)

Le constructeur allemand ne s’en cache pas, son nouveau Touareg de troisième génération doit marcher sur les plate-bandes des Volvo XC90, Audi, BMW X5, Mercedes GLE, Range Rover Sport ou encore celles de son cousin Audi Q7. En montant encore en gamme avec une technologie dernier cri et de réelles prestations haut de gamme, VW ne cache plus son ambition de devenir le premier constructeur généraliste premium. Ça tombe bien car il n’est pas le seul qui souhaite ce leadership, Peugeot ayant le même objectif sur sa gamme de berlines et SUV, sauf que la marque au Lion n’a pas de quoi répondre à VW sur un engin du calibre du Touareg, le constructeur français ne disposant pas d’un gros SUV - pour le moment - d’un gros moteur et encore moins d’une transmission intégrale et sur ce type de véhicule premium c’est juste indispensable sur certains marchés. En découvrant ce nouveau Touareg, on comprend vite que le constructeur de Wolfsburg s’est donné les moyens de ses ambitions.

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018 photo laurent sanson

COUSIN DES Q7 ET CAYENNE

Depuis son lancement en 2002, le Touareg n’a jamais été bon marché et ce n’est pas cette génération, la troisième, qui va le devenir avec un ticket d’entrée de 56 100 euros (TDi 231 ch disponible à l’automne 2018) alors que notre version d’essai avec sa finition sportive R-Line culmine à 80 000 € hors options. Plus grand (+8 cm) et plus large que son prédécesseur, le nouveau Touareg repose techniquement sur la dernière plateforme MLB partagée avec les cousins Audi Q7 et Porsche Cayenne ou encore les Lamborghini Urus et Bentley Bentayga, de belles références. Sous le capot pour le lancement, on retrouve une veille connaissance avec le V6 TDi 3 litres de 286 ch qui est couplé avec une boite auto Tiptronic et une transmission intégrale permanente 4Motion. Unique moteur disponible actuellement, d’autres blocs vont suivre avec un « petit » TDi de 231 ch d’ici la fin de l’année et l’an prochain avec un gros V8 TDi biturbo de 420 ch et un V6 turbo essence de 340 ch. Outre sa technologie et ses moteurs, ce nouveau Touareg marque également une réelle rupture avec les deux précédentes générations. Plus racé avec une face avant impressionnante qui s’inspire de la berline-coupé Arteon dans sa calandre, le Touareg 3 est musclé avec une ligne de caisse bien marquée qui lui permet d’avoir des épaules larges. Du coup, dans le dessin de son arrière au niveau du hayon et des feux, il y a un croisement stylistique indéniable avec les cousins Q7 et Cayenne et l’inscription Touareg en grand au centre du hayon renforce cette impression, d’autant que la ligne de caisse se poursuit en créant comme un bandeau façon Cayenne, qui finalement n’existe qu’au travers des reflets. Autant dire que l’engin en impose franchement et encore plus dans cette finition R-Line sportive avec les grosses roues de 20 pouces.

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018 photo laurent sanson

UN TOUAREG GRAND ÉCRAN AVEC L’INNOVISION

Plus long et plus large tout en étant moins haut, le Touareg 3 est indéniablement plus dynamique dans son style avec une silhouette moins cubique. Avec la redéfinition de ses proportions, il offre un espace à bord impressionnant et ce notamment aux places arrière façon limousine. Même le coffre en profite en gagnant pas moins de 113 litres, portant son volume total à 810 litres sous tablette, autant dire que l’on ne se pose pas vraiment de question au moment de partir en vacances. Mais la véritable innovation de ce Touareg 3, outre la montée en gamme des matériaux, se passe à l’avant avec l'impressionnant cockpit baptisé Innovision qui comprend deux grands écrans, un de 12 pouces pour le tableau de bord face au conducteur et un de 15 pouces au centre qui permet de piloter les fonctions de confort, d’info-divertissement, de navigation ou encore certaines de conduite. Deux grands écrans qui ne font, visuellement parlant, qu’un. Autant dire que c’est spectaculaire, encore plus que chez Mercedes qui utilise ce même principe de double écran, et d’un niveau qualitatif jamais vu. Très intuitif, le système est simple d’usage et il suffit de quelques manipulations pour comprendre son fonctionnement.

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018 photo laurent sanson

UN TOUAREG BOSS DE L’ATLAS !

Une fois en action sur les routes du massif de l’Atlas au Maroc, le Touareg 3 surprend par la qualité de son comportement routier. L’absence de quasi roulis surprend malgré une masse de 2 tonnes. Qu’importe le mode de conduite utilisé, il fait preuve d’un confort remarquable, même sur une route dégradée comme on en rencontre au Maroc. Remarquable d’efficacité, il colle à la route malgré son centre de gravité élevé et il se montre également très agile grâce aux 4 roues directrices (jusqu’à 37 km/h) dans les épingles et en usage urbain lors des manoeuvres. Seul son poids élevé de 2 tonnes lui confère parfois un comportement pataud. En sélectionnant le mode Sport, le Touareg 3 s’en sort avec les honneurs avec un comportement réellement dynamique. Le châssis ne semble jamais pris en défaut et il faut vraiment charger un max le train avant pour qu’il montre quelques limites en provoquant un semblant de sous-virage que corrige immédiatement la transmission intégrale et la suspension pilotée. Linéaire en délivrant sa puissance sur une large plage de son régime, le V6 turbo diesel fait le reste avec une souplesse d’utilisation très plaisante et seule la boite Tiptonic, en faite une ZF simple embrayage, montre quelques lacunes avec un temps de réaction parfois « lent » et des à-coups lors de certains changements de rapports en mode auto.

Roi de l’habitabilité avec son vaste espace de vie à bord et modulable avec sa banquette arrière coulissante sur 16 cm, le Touareg 3 est un SUV facile à vivre et même si son prix est élevé, il offre des prestations de très haut niveau et une technologie dernier cri à l’image de son cockpit Innovision hyper épuré et futuriste. La montée en gamme saute aux yeux et en plus d’être beau, un critère subjectif, le Touareg 3 démontre des qualités routières remarquables avec ses différents modes de conduite et sa suspension pneumatique qui gère parfaitement toutes les situations. Volkswagen a l’ambition de jouer dans la cour des références du segment et il le prouve avec cette troisième génération, même si parfois on découvre un petit plastique pas très flatteur ou un insert alu pas vraiment taillé dans la masse, on lui pardonne quelques maladresses.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU VOLKSWAGEN TOUAREG 3 (2018)

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018

volkswagen touareg 3 v6 tdi 4motion r-line 2018 photo laurent sanson

 

CONTENUS SPONSORISÉS

 

 

SUIVEZ-NOUS

facebook          twitter

COTE OCCASION

ÉVÈNEMENT

rallye des routes du nord classic 2018

ASSURANCE AUTO

REPRISE VÉHICULE

PUB

PUB

PUB

NEWSLETTER