ESSAI TOYOTA C-HR VVT-i HYBRID GRAPHIC 2017

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson
  • Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • 28 novembre 2016

OBJET

DE SÉDUCTION

Avec son crossover compact C-HR au design résolument décalé, Toyota se lâche en intégrant dans sa gamme un véritable objet de séduction. Bien dans l’air du temps sur un segment des crossovers compacts en plein boum et très tendance, ce C-HR apporte un véritable vent de fraîcheur avec sa silhouette façon coupé trois portes haut sur pattes.

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

Avec son surprenant crossover compact C-HR, pour Coupé High Rider, Toyota se donne les moyens de séduire une clientèle plus jeune et moins conservatrice que les utilisateurs de Prius 4 (avec laquelle il partage sa plateforme TNGA) et autres berlines Auris et Avensis. Fort d’un style pour le moins distinctif avec une carrosserie aux lignes profondément sculptées loin des standards Toyota, le C-HR pourrait très bien s’offrir un logo Lexus sur sa calandre et intégrer la gamme des SUV de la marque premium de Toyota. Mais voilà, le C-HR a une vocation grand public, moins luxueuse qu’un SUV Lexus et le constructeur japonais rêve d’en faire l’un de ses best-sellers en Europe et aussi en France avec l’ambition d’en écouler 15 000 exemplaires dès l’an prochain dans l’hexagone.

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

UNE LIGNE HYPER SCULPTÉE

Le C-HR est original et même marginal dans la gamme Toyota, mais il répond à une volonté du grand patron de la marque d’offrir une auto à part avec une plus grande liberté stylistique. Aussi décalé qu’un Nissan Juke pour le dessin et concurrent direct du Kia Niro qui dispose également d’une motorisation hybride et offre un meilleur agrément de vie à bord, le Toyota C-HR peut néanmoins nourrir une légitime ambition tellement son style interpelle et ne laisse pas indifférent. Long de 4,36 m pour 1,79 m de large et 1,55 m de haut, le C-HR est bien équilibré et a fière allure et ce d’autant que Toyota a soigné sa présentation avec une teinte bi-ton disponible sur la finition haut de gamme Graphic qui associe la couleur de carrosserie avec un toit noir. Même à l’intérieur, ce C-HR surprend par le dessin de sa planche de bord, également sculptée, mais aussi par la qualité des matériaux utilisés avec des plastiques agréables au toucher, dont un insert de couleur effet gomme très sympa qui souligne les panneaux des portes et la planche de bord. Si Toyota a fait un effort sur la dotation de série avec de nombreux systèmes de sécurité, on note néanmoins que la navigation n’est accessible sur cette version Hybrid Graphic que dans un pack Premium optionnel (qui intègre aussi le système audio JBL 9HP et autres équipements) qui gonfle le tarif de 3 000 € ! et que la connectivité avec les smartphones via Apple CarPlay et Android Auto n’est pas possible sur toutes les versions. Si la montée en gamme est réelle malgré l’absence de certains équipements de série désormais indispensables, elle a une répercussion directe sur le tarif qui grimpe vite et atteint les 34 500 € dans cette version Hybrid Graphic avec l’option pack Premium. Malgré le bonus écologique de 750 € qui n’est valable que pour des commandes passées avant le 31 décembre 2016, puisque selon le nouveau barème de 2017 le C-HR Hybrid n’aura plus droit à cette aide, l’addition grimpe vite pour un véhicule compact qui n’est pas premium.

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

HYBRIDE MAIS PAS TRÈS DYNAMIQUE

Faisant de la motorisation hybride son cheval de bataille depuis plus d’une décennie, Toyota propose tout naturellement son C-HR avec la chaîne de traction moteur thermique essence et moteur électrique qui équipe la Prius 4. Outre cette motorisation hybride essence-électricité qui doit représenter plus de 80% des ventes en France selon la marque, le C-HR est également disponible avec des moteurs turbo essence et il n’y aura pas de version diesel au catalogue.

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

Sur la route, si le C-HR Hybrid se montre convaincant au niveau de son châssis, son rendement moteur est une déception. Plombé par une boite auto CVT (variateur de couple) à la gestion d’un autre temps alors qu’elle est enfin presque parfaite sur la Prius 4, le C-HR Hybrid ne profite pas des progrès réalisés sur la gestion de la transmission de sa soeur. Toyota explique ce « retour en arrière » par la volonté d’offrir un typage plus sportif avec la possibilité d’atteindre un régime plus élevé et du coup le moteur s’emballe avec un patinage intempestif dès que l’on effleure la pédale d’accélérateur. C’est franchement désagréable et ce d’autant qu’il n’y a aucune sensation de puissance et que le 4 cylindres essence se fait allors entendre plus franchement. Finalement, en matière de dynamisme on se repose sur le châssis qui offre un ensemble cohérent bien adapté aux routes européennes. Un bon compromis entre guidage des trains, la prise de roulis et l’amortissement pas trop raide. Malgré le poids supérieur sur le train avant généré par la motorisation hybride par rapport à un moteur essence traditionnel, le C-HR ne se vautre pas trop sur son train avant en conduite normale, ce qui n’est le cas dès que l’on hausse le rythme avec un roulis marqué sur le train avant, ce qui engendre un léger sous-virage que l’on ne retrouve pas sur les autres versions essence plus légère sur l’avant. Avec 122 ch en puissance cumulée, le C-HR Hybrid n’est pas la bête de course de l’année, mais il offre néanmoins un réel agrément en usage urbain avec l’apport du moteur électrique lors des accélérations.

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

Ce Toyota C-HR est la belle surprise de cette fin d’année et nul doute qu’il va séduire de nombreux clients à travers l’Europe par sa plastique très distinctive. Son look interpelle et face à une concurrence acharnée sur le segment très tendance des crossovers compacts, il sort naturellement du lot comme en son temps le Nissan Juke. Après on l’aime ou on l’aime pas car la demi-mesure n’existe pas sur un modèle au style aussi atypique.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU TOYOTA C-HR HYBRID GRAPHIC 2017

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

Toyota C-HR VVT-i Hybrid Graphic 2017 photo Laurent Sanson

 

SUIVEZ-NOUS

facebook     twitter

COTE VOITURE OCCASION

RÉSERVEZ UN ESSAI

PUBLICITÉ

suzuki ignis verbaere auto lille

 

skoda groupe verbaere automobiles villeneuve d'ascq englos valenciennes maubeuge

 

seat lille englos villeneuve d'ascq valenciennes maubeuge groupe verbaere automobiles

 

asw auto sport willy dottignies

 

4jantes.com

 

suzuki villeneuve d'ascq englos groupe verbaere automobiles

 

PARTENAIRE MEDIA

nordsports mag le sport online dans les hauts de france