ESSAI SKODA KODIAQ RS (2019)

Skoda Kodiaq RS (2019) photo Laurent Sanson
  • Skoda Kodiaq RS (2019) photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • Lille (59)
  • avril 2019

LE KODIAQ ENFILE

SON JOGGING RS

Un SUV 7 places généraliste en tenue RS qui s’amuse à établir le record du tour de sa catégorie sur la boucle Nord du Nürburgring, ça semble totalement farfelu, mais pourtant c’est bien ce que le constructeur tchèque a réalisé avec le Kodiaq RS en l’envoyant se dégourdir les jantes et son moteur 2 litres diesel bi-turbo de 240 ch sur les 20 km de l’enfer vert.

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU SKODA KODIAQ RS

Lancé il y a plus de deux ans - lire notre essai -, le grand SUV Skoda Kodiaq s’est fait une place dans cette jungle du SUV. Long de 4,70 m, soit la taille de la berline Octavia avec qui il partage la plateforme et de nombreux composants, le Kodiaq qui est aussi le cousin de VW Tiguan Allspace ou encore du nouveau Seat Tarraco, dispose désormais de sa version RS, le label sport du constructeur tchèque. Présenté au Mondial de l’Auto de Paris en octobre 2018, le Kodiaq RS avait au préalable réalisé le record du tour pour un SUV 7 places sur la boucle Nord du circuit du Nürburgring comme pour mieux faire prévaloir ses attributs sportifs.

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

DU NÜRBUG AUX PAVÉS DU PARIS-ROUBAIX

L’enfer vert du Nürburgring est devenu depuis des années un terrain de jeu pour de nombreux constructeurs. Entre développement et les nombreux records du tour, le Nürburg’ attire la planète auto et c’est avec le Kodiaq RS que Skoda a créé l’évènement en établissant le record du tour dans la catégorie des SUV 7 places. Un bon coup de pub pour cette version sportive très atypique car construite sur la base d’un modèle généraliste à la vocation familiale et qui au départ n’a pas pour ambition d’être un SUV sportif, mais Skoda démontre le contraire.

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

À défaut d’un circuit sous la main pendant notre essai, c’est donc sur les routes sinueuses du Nord et les secteurs pavés du final de Paris-Roubaix, avec un passage en clin d’oeil par le vélodrome de Roubaix que nous avons testé ce SUV 4 roues motrices motorisé par le 4 cylindres 2 litres TDi en mode bi-turbo et développant 240 ch pour 500 Nm de couple. Partenaire de nombreuses équipes cyclistes professionnelles et des organisateurs du Tour de France et de Paris-Roubaix, ce passage sur le pavé de la Reine des Classiques avait quelque chose de légitime.

240 CH, UN COUPLE DE CAMION ET UN BRUIT DE V8 !

Au premier coup d’oeil, difficile en regardant ce grand Kodiaq RS de ne pas faire la différence avec un Kodiaq classique, même en finition Sportline. Il faut dire que « l’ours » tchèque a sorti le grand jeu pour cette version RS. Le look est retravaillé avec des boucliers spécifiques, des phares à Led, des grosses roues de 20 pouces, des inserts en noir laqué ou encore une double sortie d’échappement. Même dans l’habitacle, c’est l’attirail parfait de la sportive avec de splendides et confortables sièges sport, un volant cuir 3 branches avec méplat, des surpiqûres rouges sur la sellerie, le volant et le soufflet du levier de la boite auto DSG, des inserts en alu et même en (faux) carbone comme le couvercle de la boite à gants supérieure. Ça respire la sportivité et le constructeur tchèque a même poussé le concept à fond puisqu’il a retravaillé la sonorité du 4 cylindres 2 litres TDi équipé de deux turbos, d’un ampli qui diffuse un son rauque de 8 cylindres dedans comme dehors par le biais d’un haut parleur. Certains vont dirent que ce sont des grands malades chez Skoda, mais bon franchement ça le fait !

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

Au volant bien calé dans le siège sport logoté RS, ce Kodiaq RS ne donne pas l’impression d’être au volant d’un SUV encombrant et lourd. Plutôt ferme en suspension en mode Sport et prenant peu de roulis grâce à l’efficacité de la suspension adaptative DCC, le Kodiaq RS surprend par son comportement routier qui est celui d’une grosse GTi, mais avec des limites sur petites routes sinueuses. Plus à l’aise dans les grandes courbes, le Kodiaq RS est plutôt typé GT et son poids l’handicap logiquement sur un profil tortueux. Bien aidé par sa transmission 4x4, le Kodiaq RS ne bouge pas d’un poil et passe sans difficulté sa puissance sur la route, tout en contenant sa consommation de gazole à 7,5 l/100 km en moyenne en restant dans les clous.

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

Il fallait osé et Skoda l’a fait. Disposant d’une réelle légitimité avec son label RS, également disponible sur l’Octavia, et concepteur d’une des meilleures voitures de la catégorie WRC2 avec la Fabia R5, Skoda a tapé juste avec ce Kodiaq RS qui ne l’oublions pas peut recevoir jusqu’à 7 passagers dans une ambiance réellement sportive. Plaisant à conduire, bien équipé et pas vraiment gourmand en gazole, ce Kodiaq RS est une bonne surprise, un SUV plus GT que GTi et qui ne passe pas inaperçu.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU SKODA KODIAQ RS

skoda kodiaq rs 2019 photo laurent sanson

 

CONTENUS SPONSORISÉS

 

 

SUIVEZ-NOUS

facebook          twitter

PUB

Plaque immatriculation

COTE OCCASION

PARTENAIRE

hennette pneus siligom la chapelle armentieres

ASSURANCE AUTO

PUB

PUB

PUB

NEWSLETTER