ESSAI MITSUBISHI ECLIPSE CROSS S-AWC 4WD

Essai Mitsubishi Eclpise Cross S-AWC 4WD (2018) photo Laurent Sanson
  • Essai Mitsubishi Eclpise Cross S-AWC 4WD (2018) photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • Geilo / Norvège
  • février 2018

UN DIAMANT BRUT

DES NEIGES

Depuis plus de 80 ans et encore plus depuis l’avènement du mythique Pajero, la marque au diamant se revendique légitimement comme un expert du SUV et de la transmission intégrale. Toujours plus évoluée, la transmission S-AWC du constructeur japonais équipe logiquement son nouveau SUV compact, l’Eclipse Cross. Destination la Norvège, Geilo et le lac gelé de Dagali pour découvrir ce nouveau diamant des neiges.

essai mitsubishi eclipse cross s-awc 4wd (2018) photo laurent sanson

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU MITSUBISHI ECLIPSE CROSS S-AWC

 Désormais propriété du groupe Renault, le constructeur japonais Mitsubishi peut entrevoir l’avenir avec une certaine sérénité et en attendant le véritable effet « kiss cool » de la prise de pouvoir de l’alliance Renault-Nissan, la marque au diamant, spécialiste du SUV et du 4x4 avec son icône Pajero se lance réellement dans la bataille des SUV compacts avec l’Eclipse Cross qui même s’il ne doit rien à Renault-Nissan, doit permettre à Mitsubishi de pénétrer un segment en vogue. Même si le challenge s’annonce rude face à une concurrence vaste et bien armée, l’Eclipse Cross a bien l’intention de se faire une petite place au soleil en misant sur un look très distinctif et sa technologie 4x4 évoluée. Pour s’en convaincre, cap sur la Norvège pour l’essai de la version équipée du moteur essence 4 cylindres 1.5 litre turbo délivrant 163 ch (l’unique moteur disponible en attendant le diesel 2.2 fin 2018) et qui est couplé avec une boite auto CVT (variateur continu) à 8 rapports et la fameuse transmission intégrale S-AWC (Super All Whell Control) de dernière génération, la même qu’une Lancer Evo X mais avec un configuration technique différente dédiée à la sécurité mais aussi au plaisir de conduite comme nous l’avons constaté lors de cette essai neige et glace.

essai mitsubishi eclipse cross s-awc 4wd (2018) photo laurent sanson

D’ABORD CONVAINCRE PAR LE STYLE

Face aux Peugeot 3008, VW Tiguan, Nissan Qashqai, Seat Ateca, Skoda Karoq, Renault Kadjar, Opel Grandland X, KIa Sportage, Hyundai Tucson et autres SUV compacts 2 et ou 4 roues motrices, le Mitsubishi Eclipse Cross S-AWC n’a donc pas à rougir, tant en terme de style avec ses angles vifs et saillants taillés à la serpe, mais aussi par sa technologie puisqu’il apporte l’expertise de la marque sur la transmission intégrale qui ne date pas d’hier. Mais avant même d’en découdre sur son contenu technologique, l’Eclipse Cross va d’abord devoir convaincre par son style tranchant, sa vie à bord et ses équipements. Très japonais dans son design avec une face avant qui se distingue par des angles très vifs et des boomerangs chromés dérivés du grand Outlander, l’Eclipse Cross dévoile un arrière totalement inédit chez Mitsu et dans l’esprit d’un Toyota C-HR et avec une hayon à double lunette pas très pratique pour la rétrovision, surtout en roulant sur neige. Derrière sa silhouette aguicheuse qui ne laisse pas indifférent et on aime ou on aime pas, l’Eclipse Cross cache un SUV compact bien construit et qui offre à l’intérieur une habitabilité tout à fait satisfaisante pour une famille avec beaucoup d’espace à l’avant comme l’arrière grâce à la banquette coulissante qui en offrant plus d’espace aux passagers arrière réduit considérablement le volume du coffre qui est de 448 litres en configuration normale. Bien équipé malgré l’absence d’une navigation intégrée, Mitsu ayant opté pour une navigation externe via une connectivité Apple CarPlay ou Android Auto avec un smartphone, l’Eclipse Cross propose néanmoins un contenu technologique dernier cri à l’image de l’écran 7 pouces que l’on pilote depuis un pavé tactile qui tombe parfaitement sous la main et positionné entre les deux sièges. La qualité des plastiques qui n’est jamais du niveau des européens semble franchir un nouveau palier avec des ajustages précis et une qualité globale plutôt satisfaisante.

essai mitsubishi eclipse cross s-awc 4wd (2018) photo laurent sanson

UN VRAI 4X4 PERMANENT ET INTELLIGENT

Véritable baroudeur amoureux des grands espaces qui avale les kilomètres sur tous les types de route, hors franchissement qui reste l’apanage d’un authentique 4x4 comme le Pajero, l’Eclipse Cross fait de sa transmission intégrale S-AWC de dernière génération son atout principal. Couplée avec le nouveau moteur 1.5 turbo essence de 163 ch avec calage variable des soupapes et la boite auto CVT à 8 rapports qui rend le moteur très linéaire dans son rendement, la transmission S-AWC n’utilise pas de différentiels actifs en agit sur les freins entre les roues avant droite et gauche pour créer un effet de lacet en freinant la roue intérieur. Dérivée de la Lancer Evo X dont une version course était du voyage à Geilo, cette transmission 4x4 intégralement gérée par l’électronique est construite autour de deux différentiels classiques AV/AR et d’un coupleur central électro-magnétique. Elle propose 3 modes de conduite dont les modes terre et neige avec des paramétrages différents sur les répartitions de couple entre les roues avant et arrière. En mode neige Snow, la répartition de couple jusqu’à 60% sur le train arrière offre une conduite typée propulsion particulièrement agréable du moment que l’on déconnecte intégralement l’ESP qui bride et rattrape la voiture dès la moindre dérobade du train arrière. Sur la glace du lac gelé de Dagali qui abrite l’hiver une école de conduite sur glace, et bien aidé par des pneus hiver cloutés, l’Eclipse Cross S-AWC a surpris par sa facilité de conduite qui sécurise l’utilisateur lambda lorsque l’adhérence est aussi réduite. En passant en conduite plus dynamique après la désactivation de l’ESP et des différentes aides couplés au système, l’Eclipse Cross se libère. Malheureusement, ce bon feeling en usage dynamique est gâché par la boite auto CVT totalement hors du coup et qui malgré ses 8 rapports, forcément fictifs du fait du variateur, et ses palettes au volant, ne fait qu’illusion et rend donc la conduite sportive parfois particulière en entrée de virage avec une sensation de point mort.


En débarquant tardivement sur le segment des SUV compacts, Mitsubishi va devoir attendre l’arrivée de la version diesel dans quelques mois pour convaincre sur le marché français. Malgré son look très distinctif qui inaugure le nouveau langage stylistique de la marque, sa qualité de fabrication, son habitabilité et les performances de sa transmission intégrale, l’Eclipse Cross au moteur 1.5 turbo essence souffre de sa boite CVT, d’une consommation élevée et d’un malus écologique qui ne lui fait pas de cadeau.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DU MITSUBISHI ECLIPSE CROSS S-AWC 4WD

essai mitsubishi eclipse cross s-awc 4wd (2018) photo laurent sanson

 

CONTENUS SPONSORISÉS

 

 

SUIVEZ-NOUS

facebook          twitter

COTE OCCASION

PUB PREMIUM

 

PUB

ASSURANCE AUTO

PUB

PUB

NEWSLETTER