ESSAI LEXUS RC 300h F SPORT EXECUTIVE 2016

Lexus RC 300h F Sport Executive 2016 - photo Laurent Sanson
  • Lexus RC 300h F Sport Executive 2016 - photo Laurent Sanson
  • par Laurent SANSON
  • texte et photos
  • 22 mars 2016

UN COUPÉ HYBRIDE

À LA DOUBLE PERSONNALITÉ

Avec cette version 300h full hybrid de son coupé sportif RC capable de rouler en mode tout électrique, Lexus propose une configuration inédite qui mixe un style sportif et extrêmement racé prêt à dévorer le bitume avec un tempérament finalement très cool loin de l’apparence dégagée par des lignes acérées. Une double personnalité qui détonne.

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

S’affichant en concurrent direct des BMW Série 4, Audi A5 et Mercedes C Coupé, le Lexus RC n’a pas à rougir face aux étendards germaniques avec sa version musclée RC F. Désormais décliné en hybride, le RC 300h rentre toutefois dans le rang et ce malgré une tenue de combat digne d’un film de Batman. On en prend plein la vue et la version F Sport de notre essai en rajoute une couche. Toutefois, si extérieurement l’engin se montre pour le moins expressif, son ramage n’a rien à voir avec la silhouette très sportive qu’il propose.

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

UN COUPÉ SPORTIF QUI CACHE SON JEU

Bouillant dehors mais calme à l’intérieur, ce RC 300h hybride cultive les extrêmes avec une double personnalité évidente qui s’exprime dès que l’on en prend le volant par son caractère loin de toutes considérations sportives. À silhouette égale, nous sommes donc loin des performances de son élitiste grand frère RC F au moteur V8 développant 477 ch. Avec le RC 300h, Lexus réactive sa fibre «écolo» et finalement très pragmatique et parfaitement en phase avec sa clientèle «pépère», mais surtout la marque premium de Toyota dispose avec cette version 300h du modèle qui va constituer le gros des ventes du modèle en France. Sur le principe on ne peut pas en vouloir à la marque japonaise qui s’adapte aux contraintes du marché et de sa fiscalité qui n’avantage pas les gros émetteurs de CO2.

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

UN ENCÉPHALOGRAMME PLAT

Sous le capot de ce coupé RC 300h, Lexus n’a pas puisé bien loin sa chaîne de traction puisque l’on retrouve l’ensemble vue sur d’autres modèles de la gamme. Pour faire simple, le coupé RC 300h est donc capable de rouler tout seul comme un grand en mode full électrique, en mode thermique et bien entendu dans un mode couplant les deux moteurs, le thermique 4 cylindres essence d’une puissance 181 ch et l’électrique de 143 ch pour une puissance cumulée de 223 ch, ce qui est moins par exemple que la nouvelle BMW 330e testée dans nos colonnes il y a quelques jours qui même si elle n’est pas une concurrente directe - lire notre essai - n’en demeure pas moins une nouvelle alternative sur le marché en plein développement de l’hybride.

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

Au volant de ce beau et racé coupé 300h, le premier sentiment qui domine est que l’on est bien dans une sportive avec une position de conduite parfaite dans une ambiance particulière car l’agencement de la planche de bord semble d’une autre époque et pas en phase avec le style extérieur. Long de 4,70 mètres, le RC 300h peut recevoir 4 passagers mais son architecture de coupé limite l’espace aux places arrière et un adulte va souffrir sur un long trajet avec une garde au toit réduite. Une fois en action, on déchante vite car l’engin est lourd et même pataud dans son comportement. Plombé par son poids et son manque de puissance, le RC 300h n’a rien de sportif dans sa motorisation alors que sa liaison au sol est au niveau et notre essai sur les belles routes du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence entre Lubéron et la montagne de Lure non loin de Forcalquier, a validé ce constat cruel. En affichant un modeste 190 km/h en vitesse maxi et un 0 à 100 km/h exécuté en 8,6 s, le coupé RC 300h se «traine» avec des performances équivalentes à une berline compacte basique. Seule réjouissance, sa consommation annoncée par le constructeur se veut pour sa part bien plus attractive avec un moyenne mixte comprise entre 4,7 l/100 km et 5 l/100 km en fonction de la dimension des roues. Pour notre version d’essai finition F Sport Executive et ses belles roues de 19 pouces, la consommation mixte homologuée est de 4,7 l/100 km, ce qui lui permet d’être dans la zone neutre du bonus-malus, alors que la version en roues de 17 bénéficie pour sa part d’un bonus de 750 euros.

A première vue, le RC 300h en met plein les yeux mais le rêve s’arrête net une fois en action. Plombé par son embonpoint et sa mécanique manquant de puissance, même en couplant les deux moteurs, ce beau coupé n’affole pas les chronos et d’ailleurs ce n’est pas son objectif et Lexus assume pleinement ce choix. Alors du coup puisqu’il faut faire « contre mauvaise fortune - bon coeur», on trouve notre bonheur dans sa ligne aux arêtes vives, aux ouïes d’aération géantes et sa calandre qui bouffe la route, visuellement parlant. Pour épater la galerie, le RC 300h est redoutable et après bah ... c’est le désert, mais on se console en se disant que l’on roule dans un beau coupé.

VOIR L’ALBUM PHOTOS DE LA LEXUS RC 300h F SPORT EXECUTIVE 2016

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

lexus rc 300h f sport executive 2016 photo laurent sanson

 

SUIVEZ-NOUS

facebook     twitter     you tube

COTE VOITURE OCCASION

PUBLICITÉ

renault scenic 4 2017 lancement octobre 2016

 

la toussuire les sybelles hiver 2016 2017

 

skoda groupe verbaere automobiles villeneuve d'ascq englos valenciennes maubeuge

 

360 by le chamois la toussuire les sybelles

 

chamois sports location skis la toussuire les sybelles

 

seat lille englos villeneuve d'ascq valenciennes maubeuge groupe verbaere automobiles

 

le chamois motoneige la toussuire les sybelles

 

asw auto sport willy dottignies

 

4jantes.com

 

suzuki villeneuve d'ascq englos groupe verbaere automobiles

 

renault scenic 4 2017 lancement octobre 2016

 

PARTENAIRE MEDIA

nordsports mag le sport online dans les hauts-de-france